1/2/3 juin 2021 : Instruments du quatuor

Nos belles ventes d’instruments du quatuor se déroulaient les 1er, 2 et 3 juin 2021. D’envergure internationale, elles ont une fois de plus été couronnées de succès… et de records ! Toute l’équipe vous remercie pour l’accueil réservé à ces ventes et travaille d’ores et déjà à la préparation de celles de décembre, afin de toujours vous proposer le meilleur. 


Une vente couronnée de records

Record mondial pour un instrument de Vincenzo Sannino

La vente de prestige du 3 juin a avant tout été marquée par un record mondial pour un instrument de Vincenzo Sannino ! Le superbe violoncelle du grand maître italien, fait à Naples en 1912 et portant son étiquette originale, a véritablement affolé les enchères. Présenté à 50.000/55.000€, il a finalement été adjugé 159.960€ (frais compris) – pulvérisant ainsi toutes les anciennes adjudications et notamment le dernier record de 67.302€ (frais compris) réalisé chez Brompton’s en 2015 pour un violon ! Nos nombreux enchérisseurs localisés aux quatre coins du monde (des États-Unis aux pays d’Asie) confirment la renommée et la place privilégiée qu’occupe Vichy Enchères sur le marché des instruments de musique.

De dignes représentants de la lutherie italienne

Plus généralement, l’école italienne de lutherie a particulièrement séduit. Il faut dire que celle-ci était dignement représentée. On retiendra notamment deux noms : Gennaro Gagliano – l’un des plus grands luthiers napolitains dont Vichy Enchères vendait un exceptionnel violoncelle de la collection de Sir John Barbirolli en décembre 2020. Cette fois-ci, c’est un violon qui était mis en vente. Réalisé à Naples vers 1770, il a été adjugé  63.240€ (frais compris). Deuxième figure notable : Bernardus Calcanus, dont un violon conçu à Gênes vers 1740-1750 retint la plus grande attention des enchérisseurs et fut adjugé 43.400€ (frais compris). 

L’archèterie française à l’honneur

Mais s’il y a un domaine dans lequel Vichy Enchères excelle, c’est bien celui de l’archèterie française ! Tous les plus grands maîtres étaient représentés : de Dominique Peccatte (53.320€ et 52.080€, avec frais) à Eugène Sartory (38.918€, 32.240€ et 29.760€, avec frais), en passant par Jean Pierre Marie Persoit (49.600€, avec frais), Jacob Eury (27.280€, avec frais), Nicolas Maline (32.240€, avec frais) ou François Lupot II (29.760€, avec frais). Signalons que trois très beaux archets de Nicolas Maire étaient également réunis.

Un modèle présenté à la vente et conçu vers 1835 avait d’ailleurs la particularité de compter parmi les premiers réalisés avec du maillechort. Celui-ci fut adjugé 43.400€ (frais compris). Enfin, impossible de ne pas mentionner François-Xavier Tourte. Ce dernier détient toujours le record de l’archet le plus cher au monde – un record réalisé en 2017 à Vichy Enchères (576.600 € frais compris). Après avoir proposé six instruments du “Stradivarius de l’archeterie” en décembre 2020, notre maison de ventes présentait cette fois-ci une unique baguette d’archet, datée vers 1810, partie à 112.840€  (frais compris).

La consécration de Nicolas-Léonard Tourte : un record !

Mais ces ventes ont surtout permis de consacrer un autre archetier : Nicolas-Léonard Tourte – le frère de François-Xavier – trop souvent dans l’ombre de celui-ci. Plusieurs instruments de Nicolas-Léonard étaient présentés à la vente, et notamment un modèle daté vers 1790 qui a battu le record pour un archet de ce maître (93.000€ frais compris) ! Ces ventes sont ainsi venues rappeler que ce dernier avait déjà – et ce avant que son frère ne prenne toute la lumière – donné un nouvel élan à l’archèterie française.

La lutherie française au sommet

Une fois n’est pas coutume, la lutherie française a été particulièrement bien représentée lors de nos ventes. En tête de classement, un très beau violon de Jean-Baptiste Vuillaume des années 1840 de type Stradivari, vendu 166.160€ (frais compris), à propos duquel nous avions consacré un article. La lutherie parisienne a principalement séduit. On pense notamment à Bernardel Père (violon de 1864, 29.760€, avec frais), Gand et Bernardel (alto de 1888, 21.080€, avec frais ; violon de 1880, 17.991€, avec frais) ou encore Louis Guersan (violon vers 1760, 16.588€, avec frais).

Mention spéciale pour les violoncelles

Enfin, les violoncelles ont déchaîné les passions ! Plus rares sur le marché, ils ont su séduire les enchérisseurs. Un exceptionnel violoncelle de Claude Boivin a ainsi battu son record de vente (38.440€, frais compris). Il faut dire que cet instrument – daté de 1734 et en excellent état – offrait un rare exemple de violoncelle du début du XVIIIème siècle. Autre modèle remarquable ayant fait sensation : le violoncelle de Pierre et Hippolyte Silvestre, daté 1835, parti à 52.080€ (frais compris). Globalement, tous les violoncelles se sont très bien vendus, comme en témoignent ces autres instruments de Paul Bailly (33.480€, avec frais) ou de Charles Quenoil (18.600€, avec frais).

Nos 10 plus beaux résultats

Violons, violoncelles, alto, contrebasses
Violin family

N° 275
Jean Baptiste VUILLAUME
166 160 €
Plus d’informations

N° 125
Vincenzo SANNINO
159 960 €

N° 270
Gennaro GAGLIANO
63 240 €

N° 105
Pierre et Hippolyte SILVESTRE
52 080 €

N° 175
Paul BLANCHARD
49 600 €

N° 210
Hippolyte Chretien SILVESTRE
44 640 €

N° 225
Bernardus CALCANUS
43 400 €

N° 110
Claude BOIVIN
38 440 €

N° 360
Georges CHANOT
37 200 €

N° 115
Paul BAILLY
33 480 €

Archets / Bows

N° 150
François Xavier TOURTE
112 840 €

N° 100
Nicolas Léonard TOURTE
93 000 €

N° 336
Dominique PECCATTE
53 320 €

N° 350
Dominique PECCATTE
52 080 €

N° 230
Jean Pierre Marie PERSOIT
49 600 €

N° 200
Nicolas MAIRE
43 400 €
Vendu en collaboration avec Côte Basque Enchères

N° 140
François PECCATTE
39 680 € – 140 – 0232

N° 380
Eugène SARTORY – 380
38 918 €

N° 130
Eugène SARTORY
38 918 €

N° 250
Nicolas MALINE
32 240 €

N° 135
Eugène SARTORY
32 240 €
Vendu en collaboration avec Côte Basque Enchères

Autres instruments remarquables

🚀 Suivez-nous !