Une flûte en cristal de Laurent au pesant d’or

La flute en cristal de Laurent vendue le 18 mai 2019 à Vichy pour 27 280 € est à l’honneur dans la 20ème édition du magazine Tempo Flûte


La flûte Laurent de la collection Kaltenbach achetée 27 280€

Depuis 1983, des instruments de musique sont vendus aux enchères à Vichy par Guy Laurent puis son fils Etienne. Une partie de l’histoire de la facture instrumentale revit à chaque vente, tandis que raisonnent les noms de luthiers modestes ou renommés et parfois, de quelques illustres interprètes. Une flûte a été à l’honneur de la dernière vente.

Lorsque retentit ce 18 mai 2019, dans la salle des ventes de Vichy, le coup de marteau du commissaire-priseur, une volée d’applaudissements retentit dans la salle. La flûte Laurent de la collection Kaltenbach vient d’être achetée 27 280 euros par le dernier enchérisseur. Admiré pour ses réalisations et son savoir-faire par Napoléon 1er et son frère Louis-Napoléon comme par le flûtiste Louis Drouet et par bien des connaisseurs, Claude Laurent (Langres, vers 1775 – Paris, 1848), le célèbre facteur parisien de flûtes en cristal aux teintes blanches, vertes ou bleues, parfois serties de pierres précieuses, aux clés en argent en nombre variable – une flûte Laurent de type Boehm appartient à la collection Dayton Miller de la Librairie du Congrès à Washington -, aurait-il imaginé pareille chose ?

Les flûtes de la collection se portent bien. Parmi les dix instruments figurant en tête des ventes, on dénombre, outre la flûte en cristal, trois autres flûtes : une Louis Lot système Boehm n°950 en argent vendue 9 357 euros, une Portaux en ébène à une clé en argent et virole en ivoire fabriquée à Paris à la fin du XVIIIe siècle et vendue 5 208 euros, et une I. A. Crone en buis avec viroles en ivoire de la collection Samoyault, fabriquée à Leipzig à la fin du XVIIIe siècle ou au début du XIXe et vendue 4 880 euros.

Les autres instruments figurant en tête des ventes ont été un clavi-harpe Dietz de la seconde moitié du XIXe siècle (14 880 €), un basson Triébert (7 145 €), un quinton de la seconde moitié du XVIIIe siècle attribué à Augustin Chappuy (6 635 €), une guitare Lacote (4 960 €), une guitare Fender telecaster bass Paisley de 1968 (4 588 €) et une guitare Collin dite de transition fabriquée à Paris vers 1790 (4 340 €).

Les prochaines ventes se dérouleront les 17, 18 et 19 septembre 2019 (instruments de musique d’étude), 4 octobre 2019 (instruments du Conservatoire de Paris – CNSMDP) et 9 novembre 2019 (instruments à vent et à cordes pincées). Le nom du commissaire-priseur est facile à retenir. Comme le facteur de flûtes en cristal, il se nomme Laurent, mais son prénom est Etienne.

Pascal Gresset pour Tempo Flûte n°20 – second semestre 2019
Tempo flûte est la revue semestrielle de l’association
« Tempo flûte-association d’histoire de la flûte française ».
Une parution semestrielle de 64 pages en couleurs.
L’association édite aussi des numéros spéciaux à thème.

🚀 Suivez-nous !